• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > La Grèce revient encore bredouille du sommet européen

La Grèce revient encore bredouille du sommet européen

Cette semaine, nous avons assisté à un nouvel épisode de la trop longue saga de la torture de la Grèce par ses créanciers, où la victime accepte en partie son sort et ses dirigeants co-organisent les séances. Comme toujours, la Grèce a appliqué à la lettre ce qui lui était demandé, ce qui lui a permis d’obtenir une rallonge, contre une énième promesse de vague restructuration de sa dette.

 

Quand l’indifférence au cataclysme social faiblit
 
Comme d’habitude, Tsipras est rentré bredouille. Il a fait tout ce qu’on lui a demandé, une énième baisse des retraites, qui ont presque baissé de moitié depuis 2009, des hausses d’impôts et des privatisations, qui lui permettent d’afficher un fort excédent budgétaire. Mais comme toujours, il n’a rien obtenu de concret sur la restructuration de la dette Grecque, les participants évoquant seulement un allongement des maturités (le pays étant pourtant déjà engagé jusqu’en 2059), ce qui revient encore à écarter la solution d’une baisse de son montant. Et dans leur grande bonté, les créanciers avancent la date de passage d’un excédent budgétaire primaire de 3,5% à 2% en 2023 au lieu de 2028
 
Mais ce qui est frappant, c’est que même des médias très peu contestataires commencent à devenir plus critiques. France Culture évoque les « fausses solutions (qui) se dessinent ». Et même l’eurolâtre Le Monde a diffusé une série de papiers accablants avant cette énième réunion. Le premier évoque les conséquences sanitaires de l’austérité, « un système de santé public à bout à souffle  ». Le second évoque l’impact de la crise économique, le départ de plus de 3% de la population, ou le fait qu’une femme née dans les années 1970 sur cinq n’aura pas d’enfant. Et le quotidien du soir a conclu la série par une interview de son envoyé spécial à Athènes sur l’épuisement de la population.
 

 

J’ai toujours pensé que l’histoire finira par être très dure avec les plans mis en place en Grèce, une forme de crime contre l’humanité en partie inconscient. Il est tout de même effarant de constater ce que les Grecs ont accepté de faire et le temps qu’il faut à certains pour ouvrir les yeux sur les conséquences des politiques qu’ils défendent depuis si longtemps, et encore aujourd’hui.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • fred fred 17 juin 10:52

    15 juin 2017....

    Luxembourg (AFP) - Les créanciers de la Grèce, zone euro et FMI, sont parvenus jeudi à un compromis pour relancer le plan d’aide à Athènes, qui patinait depuis des mois, ce qui permet le versement d’argent frais et écarte le spectre d’une nouvelle crise.

    Les Grecs n’obtiendront pas, dans l’immédiat, les mesures d’allègement de leur dette colossale (179% du PIB) qu’ils réclament depuis des mois, mais la zone euro leur a apporté « des précisions » sur ce qui pourrait leur être accordé plus tard.

    « Je suis heureux d’annoncer que nous avons conclu un accord sur tous les éléments », s’est félicité Jeroen Dijsselbloem, le président de l’Eurogroupe, qui réunit les ministres des Finances de la zone euro, à l’issue d’une réunion en présence de la directrice générale du FMI, Christine Lagarde.

    Cette dernière a immédiatement annoncé son intention de proposer à son institution sa participation de principe, aux côtés de la zone euro, à ce plan d’aide, mettant fin à des mois de désaccords sur cette question.


    • kirios 17 juin 15:59

      @fred
      à l’interprétation de l’afp , je préfère celle de Martine Orange qui me parait beaucoup plus réaliste :

      "La dette de la Grèce reste entière
      16 juin 2017 Par martine orange

      À l’issue du sommet de l’Eurogroupe, jeudi 15 juin, rien n’a changé pour la Grèce. Les milliards d’aide promis par l’Europe serviront à payer les créanciers et à éviter le défaut du pays. Aucune annulation de la dette et pas même un réaménagement n’a été consenti."


    • Doume65 17 juin 16:10

      « Il est tout de même effarant de constater ce que les Grecs ont accepté de faire »

      Les résultats de votes en France montrent que les français sont aussi prêts (voire demandeurs) à se faire tondre.


      • zygzornifle zygzornifle 18 juin 11:01

        nous aussi on va s’en prendre plein la gueule n’est ce pas le MACRON .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès